Accueil
ACTUALITÉS
2NDE RENCONTRE EUROPEENNE - 2014
HUNGRY FOR RIGHTS
CALIFORNIE 2013
AG ORDINAIRE 2013
RENCONTRE EUROPEENNE - MILAN 2012
LE RESEAU
1 ESSAIMAGE
2 PAYSANS
3 COMMUNAUTES
METHODOLOGIE M3PC
IVe COLLOQUE 2010
LA RENCONTRE GLOBALE DES ALIMENTATIONS LOCALES
PROGRAMME DU Ve COLLOQUE
REGLES DE VOTE
VISITES GUIDEES BIO
ARCHIVES
LIENS
Forum
 
Inscription à la
newsletter
Email:
Security Image
 
Recherche:   
 
DECLARATION DE KOBE
Déclaration du Colloque international de Kobé sur l'Alimentation et l'Agriculture solidaires (déclaration finale du Colloque).

Nous sommes fiers d’avoir tenu le Colloque international d’Urgenci selon un calendrier aussi parfait. Une autre conférence internationale importante, COP10, doit avoir lieu à Nagoya, au Japon, cet automne.





Le résultat de ces conférences aura une influence significative sur l’agriculture biologique japonaise, et sur le futur de l’agriculture japonaise en général.

La pratique de l’agriculture biologique a servi de base au développement de valeurs partagées, qui soulignent l’importance de la conversation environnementale et de la protection de la biodiversité. Nos modes de vie reflètent ces valeurs.

Dans la Déclaration de Kobé de mai 2008, nous avions pressé les dirigeants du sommet du G8 de mettre en œuvre les quatre points suivants :

a. Promouvoir une agriculture biologique de dimension appropriée afin que les producteurs, les distributeurs et les consommateurs puissent coopérer ;

b. Réaliser une politique destinée à favoriser les solidarités locales et la biodiversité, et s’appuyant sur l’agriculture, l’alimentation et la souveraineté alimentaire ;

c. Etablir des règles du commerce global saines, qui valorisent l’agriculture locale et la souveraineté alimentaire ;

d. Etablir une société orientée vers le recyclage et la coopération, fondée sur les cycles naturels et le cycle de la vie.

En gardant cette Déclaration à l’esprit et en recherchant les voies du développement futur du mouvement Teikei et Urgenci, « Cultiver local, manger local », nous avons échangé sur notre histoire agricole biologique et sur les tendances actuelles, ouvrant un nouveau chemin vers l’avenir.
 
1   Partager notre savoir historique
 
Au début des années 70, on prévoyait que les êtres humains seraient confrontés à trois désastres majeurs : les destructions nucléaire et environnementale, et l’aliénation de l’Homme par la technologie.



Nous avions averti que la détérioration de la qualité de l’alimentation était un quatrième désastre potentiel. Bien que la production de masse et l’efficacité et une forte croissance économique aient pu engendrer l’abondance au Japon, nous avons en effet payé le prix fort pour notre préférence d’une production efficace au détriment du choix d’une vie de qualité.

Il existe à présent une grave pollution environnementale de notre planète. Elle a affecté toutes les vies humaines et animales, et a conduit à des maladies comme Minamata.

La pollution environnementale spécifique à nos régions est, de manière tragique, devenue un problème plus large. Les résidus de pesticide, les additifs chimiques, et les organismes génétiquement modifiés s’immiscent dans nos chaînes alimentaires, ce qui provoque une perte de la qualité de la nourriture et la « pollution de la nourriture ».

De plus, beaucoup d’autres régions du monde souffrent encore de la faim.

Ces événements ont conduit, d’une part, les consommateurs ayant une conscience des enjeux alimentaires et, d’autre part, les cultivateurs écologiquement responsables et soucieux de la santé publique, à s’unir à travers l’agriculture biologique. Les partenariats directs entre les cultivateurs et les consommateurs qui se sont alors développés sont devenus connus sous le nom de Mouvement TEIKEI « Cultiver local, manger local ».

Le terme « TEIKEI » est devenu universel, et sa philosophie et ses méthodes de commercialisation peuvent être perçus dans les fermes CSA d’Amérique du Nord, dans les partenariats AMAP en France et dans la création du Réseau international URGENCI.
 
 

Urgenci
> IVe COLLOQUE 2010 > PROGRAMME DU Ve COLLOQUE > Declaration de Kobe  
2   La situation actuelle
 
Les CSA et les AMAP deviennent de plus en plus répandues et acceptées, et les TEIKEI japonais en sont maintenant à considérer l’étape suivante de leur développement.

Les fondateurs du mouvement TEIKEI au Japon se sont liés les uns aux autres par la mise en réseau. Nous avons certes connu un succès certain dans la création d’une production biologique et dans le développement d’un réseau de distribution local pour nos produits, mais le développement des solidarités régionales n’a pas suivi à la même vitesse. Le mouvement japonais TEIKEI s’est ralenti.

La distribution agro-alimentaire conventionnelle échoue à prendre en compte les producteurs locaux. A l’opposé, le mouvement global pour le développement local durable inclut à présent les fournisseurs et les produits locaux. Ce mouvement travaille à la création d’une société fondée sur l’agriculture biologique et la préservation de l’environnement. Les projets de développement communautaire utilisant les principes de la petite paysannerie familiale et biologique existent maintenant dans de nombreuses régions du monde, comme ce colloque l’a clairement démontré.

Ces projets concernent les pratiques agricoles, les secteurs du commerce et de la transformation, les coopératives et, travaillant ensemble dans une approche participative, l’éducation à l’alimentation à travers l’agriculture, le domaine médical, l’utilisation de la biomasse comme source d’énergie dans l’agriculture, et les prémices de partenariats avec les autorités publiques et le gouvernement local.

Nous avons vu comment un projet entier de développement d’une communauté agricole a basculé de l’agriculture conventionnelle à une agriculture 100% biologique. Nous avons également vu comment des villageois et leurs autorités locales ont, ensemble, amélioré l’autosuffisance dans la gestion des ressources de la forêt, en milieu rural et dans la sauvegarde des océans, unis par la posture qu’ils adoptent pour se saisir des questions environnementales.

La diversité de l’approche de l’agriculture biologique de petite taille, qui incarne l’essence du projet d’Urgenci, est en train de faire lentement mais sûrement basculer le paradigme de notre approche depuis nos communautés vers la société dans son ensemble. La pratique agricole biologique est une façon éprouvée de réaliser une société plus durable. Ce type de développement communautaire permet aux acteurs locaux de faire leur part. Nous observons une grande diversité dans l’approche du développement communautaire local. Nous devons promouvoir la pratique et la compréhension de la petite agriculture biologique et sensibiliser à l’importance de ce qu’elle peut apporter à notre société.
 
3   Partager notre vision de l'avenir
 
En tant que participants au Colloque, nous confirmons le rôle important des TEIKEI et d’Urgenci dans la protection de la petite agriculture biologique et dans la promotion des partenariats aux niveaux locaux et internationaux, qui constituent une fondation essentielle pour l’alimentation et l’agriculture locales et saines.

Nous cherchons à créer une société libérée de la pollution, qui promeuve un mode de vie naturel et durable, et à préserver la biodiversité. Nous nous efforçons d’établir une société pacifique, dans laquelle les vies ont plus de valeur que la monnaie, et où les habitants comprennent que la vie et l’environnement sont entremêlés.

TEIKEI est une relation mutuelle entre des acteurs différents dans une société fondée sur des valeurs et des objectifs partagés. TEIKEI était à l’origine orienté vers l’élimination de la pollution environnementale. Pourtant, notre société est encore polluée. Bien que la philosophie TEIKEI soit en train de se répandre à travers le monde, de nouveaux types de pollution continuent de menacer notre planète. Nous devons nous souvenir que la connexion entre les cultivateurs et les consommateurs ne s’est pas développée uniquement pour défendre une alimentation saine, mais que la relation TEIKEI a été établie pour créer une société, soutenue par l’alimentation locale et de qualité et par de petites fermes biologiques, afin de préserver l’environnement.

Le terme « Partenariats locaux et solidaires entre producteurs et consommateurs » signifie que tous les acteurs comprennent les besoins et les spécificités des autres acteurs, et utilisent leurs compétences et leur savoir pour travailler vers un objectif commun. La phase suivante du TEIKEI requiert une nouvelle philosophie, une nouvelle conception et une nouvelle organisation.

Sans une société humaine fondée sur la souveraineté alimentaire, nous ne pourrons pas être capables d’atteindre un monde meilleur dans lequel l’humanité et la nature sont respectés. Nous voulons promouvoir ce type de société en participant au réseau international URGENCI, qui défend un système soutenant l’alimentation bio locale et les petits paysans, dans lequel l’alimentation et les fermes sont le fondement de la communauté, et où les communautés prennent soin de la Terre. C’est la signification d’une souveraineté alimentaire véritable. Cela signifie penser global et agir local.

Le Colloque international d’URGENCI a permis l’échange des connaissances sur l’alimentation et l’agriculture solidaires. Nous avons également discuté de la manière d’aider à nourrir tous les habitants de la planète grâce à la petite agriculture biologique et comment cette approche peut contribuer au bien-être des êtres humains, des communautés et de la Terre Mère. Nous proclamons que nous continuerons d’assumer nos responsabilités pour la Vie et la Planète en soulignant la valeur des Partenariats locaux et solidaires producteurs consommateurs, en sensibilisant aux principes des TEIKEI, en développant le réseau global URGENCI, et en faisant la promotion de la petite agriculture biologique.

Kobé, le 21 février 2010