Accueil
ACTUALITÉS
2NDE RENCONTRE EUROPEENNE - 2014
HUNGRY FOR RIGHTS
CALIFORNIE 2013
AG ORDINAIRE 2013
RENCONTRE EUROPEENNE - MILAN 2012
LE RESEAU
Animateur territorial
Comité International
Les partenaires
Qui sommes-nous ?
Adhesion URGENCI
Revue de presse
1 ESSAIMAGE
2 PAYSANS
3 COMMUNAUTES
METHODOLOGIE M3PC
IVe COLLOQUE 2010
ARCHIVES
LIENS
Forum
 
Inscription à la
newsletter
Email:
Security Image
 
Recherche:   
 
Diversité des initiatives

Derrière l'idée d'engagement entre citoyens des villes et des zones rurales on trouve une grande diversité de formes, suivant:

  • L'objectif recherché : soutien à l'agriculture paysanne et respectueuse de l'environnement, insertion sociale, aménagement d'un espace naturel ou lieu de vie, etc.
  • Le groupe qui est à l'origine de l'initiative : consommateurs, écoles, associations locales, agriculteurs
  • Du niveau d'avancement dans le processus, car la plupart de ces formes d'engagement évoluent dans le temps.
  • Le contexte national : les approches sont différentes suivant les pays

Ci-suit une présentation succinte de cette diversité avec des renvois à des pages ou sites WEB plus explicites sur chaque cas.

 
1   Les liens entre producteurs et consommateurs autour de l’agriculture
 

Emblème de la ruralité dans beaucoup de pays, l’agriculture, en particulier maraîchère et jardinière, est très souvent au centre des préoccupations qui rassemblent autour de l’idée de solidarité ville – campagne ou urbain - rural. Selon les types d’initiatives et les acteurs qui les portent, l’agriculture est valorisée en tant qu’activité économique à part entière ; moyen privilégié d’insertion sociale et économique ; outil de découverte du patrimoine rural et de la biodiversité ; moyen de subsistance alimentaire familiale ; vecteur de socialisation et de construction de projets collectifs…

Un soutien à l’agriculture durable/ paysanne

Le développement de liens et engagements entre producteurs et consommateurs représente un enjeu particulièrement fort pour la préservation d’une agriculture durable/ paysanne respectueuse du milieu, des sociétés locales, des agriculteurs eux- mêmes, des consommateurs et de leur santé.

Dans ce domaine, les initiatives les plus avancées s'inscrivent dans l'idée d' Agriculture Soutenue par la Communauté, c'est à dire d’un engagement de la part d'un groupe de citoyens pour soutenir l'activité agricole, par un contrat avec un ou plusieurs agriculteurs. Les formes de contractualisation les plus répandues sont les suivantes :

  • Au Japon, les Teikei
  • En Amérique du Nord et divers pays européens, les partenariats CSA et ASC (Community Supported Agriculture / Agriculture soutenue par la Communauté au Québec)
  • En France, les AMAP (Association pour le Maintien de l'Agriculture Paysanne)

Dans le monde entier, d’autres types d’initiatives proposent des engagements citoyens dans des partenariats avec le monde agricole. C’est le cas en particulier du réseau international WWOOF (World-Wide Opportunities on Organic Farms), des Gruppi de Acquisto Solidali (GASi) en Italie, de l'exemple français CEPATOU (initiative autour de la viticulture), de diverses formes de coopératives de producteurs ou consommateurs en Europe...

L’agriculture comme vecteur d’éducation et d’insertion

Les secteurs de l’éducation populaire et de l’insertion sont confrontés directement et fortement à la problématique du découplage urbain – rural et à ses conséquences sociales et économiques sur les individus. Ainsi, dans de nombreux pays, l’agriculture est de plus en plus utilisée par les acteurs associatifs et publics locaux comme un outil privilégier d’action d’éducative et d’insertion, aussi bien en milieu urbain que rural, et souvent en essayant de recréer des ponts entre ces « deux mondes ».

En France, beaucoup des initiatives d’éducation et d’insertion conduites dans le secteur du maraîchage et du jardinage sont regroupées au sein du Réseau Le Jardin dans tous ses états, constitué à l’occasion du premier forum national " Jardinage et Citoyenneté : Le Jardin dans tous ses états ", qui s’est déroulé à Lille les 23 et 24 octobre 1997. Les Jardins de Cocagne , très bien implantés en France (75 jardins en activité à ce jour) font par exemple partie de ce réseau. D’autres initiatives locales existent, telles que les Jardins Aurensan, initiés dans le cadre du projet URGENTE.

 
 

Urgenci
> LE RESEAU > Qui sommes-nous ? > Diversité des initiatives  
2   D’autres points de départ pour des engagements entre citoyens urbains et ruraux
 

D’autres entrées existent ou sont souhaitables pour la constitution d’engagements entre acteurs et citoyens ruraux et urbains. On peut en particulier citer les thèmes de coopération suivants :

  • Intégration de paramètres environnementaux et paysagers dans l’organisation et la gestion de l’espace.
  • Gestion des impacts liés au développement : eau, énergie, déchets, déplacements.
  • Education au territoire (organisation, fonctionnement, pratiques sociales, citoyenneté).
  • Déploiement des infrastructures de communication.
  • Solidarités et complémentarités économiques (notamment, consommation responsable dans d’autres domaines que l’agriculture et l’agroalimentaire).

Dans beaucoup de ces sujets, les acteurs locaux de la société civile et les citoyens sont encore trop souvent exclus des processus de décision et dessaisis des moyens d’action. Des initiatives de coopération et d’engagements urbain – rural existent, mais elles restent encore trop souvent ponctuelles ou peu structurées entre elles (manque de dynamique de réseau).



 
3   Des initiatives qui adoptent une approche territoriale pour la coopération urbain - rural
 

Un des principaux apports du concept de développement durable est l’affirmation d’une nécessaire «vision globale» dans la conduite des politiques publiques : on ne peut pas penser l’économie en dehors du social et de l’environnement naturel (aux ressources limitées). Cette vision globale appelle une ouverture du champ du politique de la part des acteurs institutionnels en direction de la «société civile» (entreprises, associations, syndicats…) et elle implique une prise en compte renforcée des liens entre les problématiques locales et mondiales, mais aussi urbaines et rurales.

Parallèlement aux grands accords internationaux, la prise en compte du concept de «développement durable» se fait de manière progressive et non – homogène à l’échelle nationale, régionale et, localement, au niveau des territoires bassins de vie ruraux comme urbains (les Pays, villes et agglomérations en France, les Comarca en Espagne,….). Dans ces territoires bassins de vie, le concept de développement durable est appliqué au travers de Programmes d’action tels que les Agenda 21 (suite aux accords de Rio) ou d’autres outils de politique contractuelle, en fonction du contexte réglementaire et administratif de chaque Etat.

Certaines initiatives d’engagements urbain – rural sont conduites en s’appuyant sur ces démarches de développement local durable. C’est le cas des actions pilotes du projet URGENTE. L’intérêt de ces initiatives pensées et conduites dans une approche territoriale est en particulier de faciliter : le dialogue avec les pouvoirs publics locaux, les liens et passerelles entre actions conduites dans différents secteurs d’activités, les synergies entre acteurs et initiatives d’un même secteur d’activités à l’échelle d’un bassin de vie.